Restitution des manuels scolaires

 

Pour rappel, les manuels sont prêtés par le lycée au nom de la Région.

Les élèves devront se présenter en salle 20 selon le créneau de leur classe qu'importe le cours dans lequel ils sont :

 

mardi 7 juin : 13h30 2nde 1 / 14h 2nde 2 / 14h30 2nde 3 / 15h 2nde 4 / 15h40 2nde 5

 

jeudi 9 juin : 9h 1Quito / 9h30 1Rome / 10h 1Berlin / 10h40 1Mexico / 11h10 1Paris

13h30 TAthènes / 14h TLondres / 14h30 TNairobi / 15h TOslo / 15h40 TTokyo

 

C’estjames webb le 25 décembre 2021 que le monde de l’astronomie fut véritablement en sueur. Ce jour-là, le grand projet du télescope spatial James Webb marqua “un pas de géant pour l’humanité”.

1) La principale mission du télescope James Webb (J.W)

 

James Webb est un satellite d’observation ; il permettra de faire des avancées fulgurantes comme notamment avoir un aperçu des premiers instants de l’univers (le big bang), la formation des premières galaxies, connaître les grandes phases du cosmos. Pour être plus précis James Webb verra jusqu'à 100 millions d'années après le big bang.

Ces découvertes seront apportées grâce à une plus grande sensibilité au spectre infrarouge, permettant ainsi de traverser aisément des couches d'atmosphère (des exo-planètes) jusque-là imperméables pour en découvrir les secrets. Notamment les exo-planètes pouvant abriter certaines formes de vie. James Webb pourra nous en apprendre plus sur la matière noire encore aujourd’hui énigmatique pour l’humanité ; malgré le fait que Hubble nous ait éclairé sur ce sujet. Ainsi, les instruments du télescope ont été pensés pour réaliser des observations bien plus “pointues” que ce que nous possédons actuellement, et ce dans quatre domaines distincts.

En premier lieu, observer les débuts de l’Univers. Pour l’heure, nous n’avons pas pu les observer car nous ne disposions pas encore d’instruments assez puissants pour le percevoir. Si tout se passe comme prévu, nous pourrons alors observer les premières étoiles et galaxies de l’Univers qui se sont formées juste après le Big Bang.

Dans un second temps, James Webb permettra d’étudier l’évolution des Galaxies ; en effet en observant les premières galaxies qui se sont formées dans l’Univers, les scientifiques pourront donc les comparer aux grandes “spirales” et “ellipses” d'aujourd'hui, nous aidant à comprendre comment elles s'assemblent sur des milliards d'années.

Par ailleurs, James Webb devrait nous aider à mieux comprendre le rôle des trous noirs supermassifs se trouvant au centre des galaxies.

Dans un troisième temps, nous pourrons étudier le cycle de vie des étoiles grâce à l'obtention d’images beaucoup plus nettes des nébuleuses où naissent les étoiles, notamment en voyant à travers les gigantesques nuages de gaz et de poussière dans lesquels elles se forment.

Et puis pour finir, James Webb nous permettra d’en apprendre plus sur nos voisins, les planètes, en effet grâce à un spectre infrarouge plus étendu nous pourrons accéder à des endroits reculés, détecter des molécules pièces maîtresses de la vie. Cette capacité d’observation accrue sera d’une aide précieuse pour faire avancer la science planétaire.

En résumé, Hubble a pu engendrer énormément de questions, et James Webb est là pour y répondre. Pour appuyer nos propos et sur le caractère révolutionnaire, nous pouvons citer Matt Mountain “Si vous mettez quelque chose d'aussi puissant dans l'espace, qui sait ce que nous pouvons trouver ? Cela va être révolutionnaire parce que c'est tellement puissant.

 

2) Comparaison télescope Hubble vs James Webb (J.W)

 

Il faut tout d’abord savoir que Hubble possédait une orbite géocentrique basse, par rapport à J.W qui, quant à lui, va établir une orbite héliocentrique plutôt grande. Ce qui peut être flagrant, c’est bien la distance qui sépare le télescope de la Terre ; concernant Hubble, son orbite était d’environ 600 kilomètres de rayon ; tandis que J.W sera distancé de la Terre de plus de 1,5 millions de kilomètres.

Nous pouvons nous attarder sur le miroir qui permet à l’instrument et par la même occasion, nous-même, de voir les astres et autres objets cosmiques. Hubble possédait un miroir primaire de 2,4 mètres, et un secondaire de 30 centimètres. Par opposition à J.W, celui-ci est doté d’un plus grand miroir primaire de 6,5 mètres de rayon. Mais sa particularité est qu’il ne s’agit pas d’un miroir uni , mais une association de “micro-miroirs” hexagonaux de 1,315 mètres de côté.

On peut retenir que la masse des 2 instruments diffèrent (Hubble => 11 000 kg ; J.W => 6173 kg) ; autant dire que le nouveau successeur de Hubble lui est environ 2 fois moins lourd.

Pour pouvoir détecter toute catégorie d’objet céleste, J.W est équipé de plusieurs instruments astronomiques tels que plusieurs spectromètres qui ont la capacité de se spécialiser dans des longueurs d’ondes situées dans le proche et moyen infrarouge ; ou bien des caméras, elles aussi dotées de récepteurs pour des longueurs d’ondes situées dans le proche et moyen infrarouge.

 

3) Position actuelle et scénarios critiques

 

A l’heure où je suis en train de faire cet article, le “Saint Graal” a déjà parcouru environ 91,6 % de son trajet total, ce qui représente environ 1 325 461 km sur 120 867 km. Celui-ci se trouve donc à plus de 120 000 km de l’orbite Lagrange L2. Comme énoncé en début de cet article, les meilleurs experts(tes) et scientifiques ont pu prédire différents scénarios dits “critiques” ; ceux-ci en dénombrent environ 344. Ces centaines d’éventualités sont en majeure partie liées à un mauvais déploiement de certaines pièces bien précises ; par exemple, s’il y a un défaut dans la mise en place du bouclier thermique, les composants du télescope pourraient “griller”, donc le rendre inutilisable. Un autre scénario possible pourrait concerner le déploiement du miroir principal et de ses “micro-miroirs” hexagonaux, ce qui fait qu’en cas de problème, et de faux-mouvement, le télescope serait “aveugle”.

Donc l’idée est que l’instrument à 10 milliards de dollars arrive au point Lagrange L2 en 1 seul morceau pour que l’on puisse bénéficier des premières images que l’on percevra durant l’été 2022 ; sachant que, nous pouvons le deviner, comme le point L2 se trouve à environ 1,5 millions de km, aucune mission habitée sera possible pour envisager de réparer le télescope.

Ceci étant dit, gardons l’esprit positif et attendons, qui sait, la prochaine photographie des Piliers de la Création…

james webb